L'ORIENTATION

L’orientation

Savoir lire une carte IGN
En course d’orientation, il te sera demandé de savoir lire une carte, te repérer et connaitre les définitions de poste pour distancer tes concurrents !
Tu trouveras ci-dessous quelques conseils avant de venir au RAID TAR.
La codification d’une carte est précise (détail, couleurs,…) et identique pour toutes les cartes. A partir de cette carte, il faut réussir à imaginer, le terrain que l’on va rencontrer afin de choisir le meilleur parcours.
Sur une carte de Course d’Orientation, on trouve des informations de nature différente : la planimétrie, l’hydrographie, le relief, la végétation, chacune associées à une couleur différente.

La première chose à faire est d’identifier le lieu de départ, qui figure dans un triangle; les cercles, les balises à trouver. Le double cercle : tu es arrivé !
La deuxième chose à faire est d’identifier le Nord. Puis l’échelle et l’équidistance. Cela te renseignera pour connaitre les distances à parcourir. Exemple : 1/20 000 1cm = 200m

Après cela, il ne te reste plus qu’à apprendre les couleurs et les symboles pour pouvoir te repérer.

L’échelle.
Elle t’ indiquera quel est le rapport entre les distance sur la carte et les distances réelles. Si tu as une montre GPS, utilise là pour connaitre la distance que tu parcours entre deux balises, sinon, compte tes pas !

L’équidistance.
Elle nous indique le dénivelé. C’est la différence d’altitude entre 2 courbes de niveau. L’équidistance est comprise entre 2,50 m et 10 m selon la carte. Les courbes de niveau sont symbolisées par les traits marrons sur la carte. Très intéressant pour choisir un parcours : plutôt court et raide ou plus long et roulant ? A toi d’opter pour la bonne stratégie.

Le Relief
En marron, sur les cartes : courbes de niveau, abrupt, colline, butte, fossé, talus, ravin, trou, dépression, fossé sec…

La Végétation
De blanc à vert foncé en passant par le jaune : selon sa densité, la forêt est représentée du blanc (forêt où l’on court aisément) au vert plus ou moins foncé (vert foncé : forêt quasi impénétrable). Les parties non boisées sont de couleur jaune. Ce sont les cultures, les friches ou bien les clairières.
La Planimétrie

En noir, sur les cartes :
– les éléments rapportés ou construits par l’homme : chemin, route, sentier, construction, clôture, mur, ligne électrique, voie ferrée, objet particulier,…
– les éléments rocheux : rocher, falaise, pierrier, grotte, sol rocailleux…

L’Hydrographie
En bleu, sur les cartes : lac, étang, marais, rivière, ruisseau, captage, source, puit, fossé humide…

La légende d’une carte

Les couleurs

En noir
Les éléments du terrain : falaise, rochers, grotte, pierriers,…
Les Symboles linéaires : routes, chemins, murs, lignes électriques, voie ferrées,…
Les constructions : parking, maisons, ruines, bornes,…

En brun (bistre)
Le relief :

courbes de niveaux, buttes, dépressions, ravins,…

Vert, jaune et blanc
La végétation :

La carte représente les caractéristiques et la pénétrabilité des zones : de blanc (course possible) à vert fonce (course difficile) en passant par Jaune (zones découvertes, landes) et verts clairs (forêts et bois peu denses.

En bleu
l’hydrographie :

Mares, Etangs, Ruisseaux, Sources,…

Plus de détails via ce lien :
https://orienteering.org/wp-content/uploads/2018/01/IOF-Control-Descriptions-2017-Frenchpdf.pdf
Un très bon site riche en conseils : https://adeorun.com/blog/

3 moments clés dans la prise de décision en orientation :

1. Se repérer sur la carte :
orientation de la carte, relation carte/terrain.

2. Choisir le parcours à partir de :
lignes directrices, c’est-à-dire ce que je vais suivre (chemin, lisière, ligne à haute tension…),
points d’appui, c’est-à-dire ce qui confirme mon itinéraire (virage, ruine…),
points de décision, c’est-à-dire là où je change de ligne directrice,
lignes d’arrêt, c’est-à-dire les lignes que je ne dois pas dépasser, ou les lignes sur lesquelles je dois arriver (clôture, ligne électrique…).

3.Lors de la réalisation du parcours :
valider ou changer le parcours si nécessaire en fonction de la nature réelle du terrain.

LE MATERIEL

Le matériel

La course d’orientation requiert quelques accessoires indispensables, voici la liste :

  • Un sifflet
  • De l’eau : apportez-en une bonne quantité en fonction du temps de course
  • Une pochette plastifiée pour protéger la carte de la course. Idéalement sur un porte carte pour la partie VTT d’orientation et attachée autour du cou ou à la main pour la partie à pied.
  • Une boussole
  • Si vous voulez apporter un GPS pour enregistrer votre parcours, pas de souci. Mais utiliser un GPS en permanence, c’est TRICHER 😉
  • Le nécessaire de réparation : une pompe, une chambre à air de rechange, un démonte pneu, des clefs et tournevis, un dérive chaîne
  • Un casque VTT
  • Des gants
  • Des lunettes (pour éviter les projections de boue)

Vérifier ton matériel avant la course est indispensable !

L'ALIMENTATION ET L'ENDURANCE

L’alimentation et l’endurance

L’alimentation est l’autre clé pour réussir le Raid TAR.

Elle doit accompagner l’entraînement, être adaptée à l’effort fourni et apporter les compléments nécessaires pour permettre la récupération.
Ce qu’il faut avant tout c’est du bon sens et un peu d’hygiène de vie. Cela va sans se dire qu’on évitera surtout les excès d’alcool, de chocolat ou de raclette avant une compétition.

Néanmoins, il convient avant tout de s’hydrater correctement : avant, pendant et après l’effort.
Des eaux minérales seront préférées à des eaux de source. Après l’effort, une boisson pétillante et préférable car elle apporte un complément salé qui facilite la récupération, le sel étant un recenseur d’eau.

Pendant la course : prenez ce que vous voulez tant que vous y êtes habitués !

En termes de nourriture, il faut, notamment pendant les périodes de charge privilégier des sucres lents (pâtes cuites aldente sinon ce sera des sucres rapides, riz, pommes de terre). La fameuse « pasta party  » la veille et l’avant-veille reste un passage obligé!

Après, c’est avant tout de l’hygiène qui est recommandée : préférez la viande blanche à la viande rouge, alternez avec du poisson, évitez les excès de corps gras, privilégiez les fruits, les laitages.
Sur la course, il y aura des ravitaillements : si tu es habitué à certaines bar, gels, fruits secs, dans ce cas apporte ton propre matériel pour être sur de bien les assimiler.
il faut se forcer à s’alimenter, quitte à prendre la nourriture et la manger en course, veillez à ne pas sauter de ravitaillement, même si tu te sens bien au moment où tu passes devant : tu risques de le payer par la suite.

Pour faire face à la saturation de produits sucrés, privilégier la nourriture salée, type gâteaux apéritifs. Continuer à s’alimenter par petites gorgées fréquentes